Bellbunya: à la découverte d’une jeune communauté…

Il y a tout juste 5 ans, une douzaine de personnes s’organisaient en association pour pouvoir acheter un terrain ensemble, et y vivre. Ils eurent la chance de trouver un lieu avec de nombreuses chambres, cuisines et même 6 droits de construire. Ils ne leur restaient donc plus qu’à vendre quelques droits de construire aux futurs membres de la communauté et contracter un prêt pour pouvoir s’installer. Aujourd’hui, les loyers payés par les résidents permettent de rembourser le prêt, mais personne n’a encore eu le temps ou l’argent pour construire sa propre maison…

Certains membres sont partis, d’autres sont arrivés, mais se sont toujours environ une douzaine de personnes qui se retrouve tous les soirs pour partager le dîner dans la « Bunya house », la maison commune. Certaines sont des membres « à l’essai », des invités, des volontaires permanents ou des woofeurs. Pour les autres repas, chacun se prépare son propre plat dans une cuisine très organisée : des étiquettes indiquent où tout se range, des couleurs indiquent ce qu’il faut consommer avec parcimonie et des notes rappellent de bien nettoyer, de ranger les boites avec leur couvercle ou qu’il y’a plein de courgettes dans le jardin !

Ainsi se côtoient un navigateur acuponcteur, une restauratrice guérisseuse par l’énergie reiki, un coach sportif fan de jus de légumes, une masseuse shiatsu, un jardinier acariâtre… Autant dire que les repas sont sains (beaucoup d’aliments crus et bio, peu de gluten et de produits laitiers) et l’atmosphère chargée d’énergie positive.  De nombreux tableaux d’affichage organisent la vie de la communauté : présence au repas, planning de la semaine, tâches pour les volontaires, réservation de la voiture commune…

J’y passe deux semaines avec Hélène que j’ai rencontré à Crystal Waters et j’ai la surprise d’y retrouver Dan que j’avais rencontré à Tacomepai en Thailande (le monde est toujours aussi petit !). Nous travaillons principalement dans le jardin et repeignons quelques meubles. J’y découvre l’art de faire des jus de légumes, y reçoit un soin reiki, un massage shiatsu et même une séance d’acuponcture après une analyse énergétique de mes méridiens. Bref, c’est le cœur lourd que nous quittons la communauté pour aller préparer le festival de Woodford…

Et voici les photos:

IMG_9222

Si vous souhaitez être volontaire dans cette communauté, vous pouvez contacter Joan directement en remplissant ce formulaire EN ANGLAIS:

Advertisements

Crystal waters: à la découverte d’un écovillage…

A mon arrivée à Crystal Waters, je suis surprise de constater que la vie n’y est pas très « communautaire ». En effet, chacun semble avoir son terrain, sa maison et son travail à l’extérieur de la communauté. Il est vrai qu’avec 250 habitants, il serait difficile de partager des repas tous ensemble, d’avoir des douches ou une laverie commune… Mais en y regardant de plus près, je me rends compte que tout le monde se connait, et se retrouve régulièrement que ce soit le vendredi chez Gordon pour boire une bière, le samedi sur la place du « village » pour prendre un café ou encore deux fois par semaine autours d’un bon film… Bref, c’est l’atmosphère d’un petit village qui règne ici, où chacun s’entraide, échange les produits de son jardin et de ses animaux ou partage l’entretien de quelques vaches.

La permaculture y est un principe fondamental, qui se décline en initiatives très différentes chez les uns et les autres : du petit jardin potager sans prétention au potager du luxe, de la petite maison de bois aux derniers gadgets conservateurs d’énergie, du reboisement à la production de bière, pain, fromage… Chacun a sa manière de participer à un monde plus vert, que ce soit un simple hobby ou une vraie philosophie de vie. De la petite communauté hippie, Crystal Waters s’est transformé en 25 ans en un large « eco-village ». Même si les voitures sont encore nombreuses, les panneaux solaires et les toilettes à compost sont monnaie courante, de même que les potagers, les réservoirs d’eau de pluie et les systèmes de traitement naturel des eaux usées.

Je suis hébergée chez Stéphane, un français qui y vit depuis 8 ans, et qui est très impliqué. Il est toujours prêt à donner un coup de main au voisin, a une vaste pépinière et essaie de replanter des arbres de la forêt primaire, tout en vendant quelques œufs et son fromage fait maison. J’apprends donc à faire différentes sortes de fromage et même à récolter du miel ! Grâce à lui, je rencontre beaucoup d’autres résidents avec qui nous refaisons le monde, et je visite de nombreuses maisons aux architectures très différentes… Je passe aussi pas mal de temps avec les autres wwoofeurs français ou allemand, et j’organise un atelier de travaux artistiques pour les enfants et les adultes.

Et voici les photos:

making lamps, and bracelets

Si vous souhaitez être volontaire à Crystal Waters chez Stéphane, vous pouvez le contacter directement en remplissant ce formulaire (en anglais ou en français):