La REcyclerie, une alternative écologique et sociale au coeur de Paris

La REcyclerie a ouvert ses portes le 14 juin 2014 dans l’ancienne gare SNCF d’Ornano de la petite ceinture porte de Clignacourt, après 8 mois de travaux. Le lieu tourne autours des valeurs des 3 R (Réduire, Réutiliser, Recycler) et du “Do it yourself”. On peut ainsi y découvrir différents espaces de restauration, de détente, de jardinage, de bricolage…

  • le café-cantine propose des plats à partir de fruits et légumes locaux, certains sont végétariens ou végétaliens. Un soup-bar propose des soupes savoureuses de différents formats. La mezzanine et la terrasse offre des espaces de détente agréables pour se retrouver entre amis ou se connecter à Internet. Le lieu est peu bobo et malheureusement les prix aussi. Mais vous pouvez toujours prendre un café à 1 euro !
  • l’atelier de René permet de donner une deuxième vie à tous les objets de la maison. René vous aide à faire les réparations et prête même gratuitement aux adhérents des outils variés…
  • la ferme urbaine couvre environ 400 m² avec des plantes aromatiques, des fruits et des légumes. Elle accueille aussi des poules et des poissons rouges en aquaponie (les plantes sont arrosées avec l’eau enrichie par les excréments de poissons). Elle devrait également accueillir 3 ruches d’ici 6 mois. Grâce à l’utilisation de buttes surélevée et de cultures verticales, la surface de culture est plus que doublée, une nécessité à la ville où l’espace est limité. Chaque mètre carré est utilisé, même les toits.
  • de nombreux ateliers tout au long de la semaine permettent de visiter les jardins, d’apprendre à faire ses produits cosmétiques, sa boite à lombri-compost, recycler ses vêtements, son vieux cuir, mais aussi faire des massages ou du yoga… Avec l’arrivée de la Cop21, l’agenda n’en est que plus fourni !!

J’ai participé à une après-midi de discussion organisée par l’association “Français, langue d’accueil” pour aider des immigrés en provenance d’Afghanistan et d’Iran à mieux assimiler le français. Puis le lendemain, je suis revenue pour visiter plus en profondeur les jardins urbains…

Et voici quelques photos (cliquer sur la photos pour en voir plus):

Advertisements

Le domaine de Séoule, une autonomie familiale au milieu des ocres

Dans ma quête d’autonomie, j’ai atterri un peu par hasard chez Olivier Augier, meneur de chevaux, guide de Pays et naturaliste. Pour utiliser moins de machines, il me semble en effet indispensable de pouvoir travailler de manière autonome avec des animaux attelés, que ce soit des ânes, des mulets ou des chevaux. Olivier a donc proposé de me former à devenir meneuse de chevaux d’ici le printemps. Une opportunité que je n’ai pas pu refusée… J’ai donc rapidement embarqué vers Roussillon au milieu des mines d’ocres et des vergers rougeoyants.

J’y ai découvert une nouvelle autonomie, plus familiale que communautaire… Au milieu des cerisiers et des oliviers, se niche un grand mas de ferme couvert de panneaux solaires. C’est là que ce sont installés les parents d’Oliviers, depuis 1967. Il ont été parmi les premiers à cultiver de manière biologique à une époque où personne ne se préoccupait de cette question. Parmi leur neuf enfants, 6 ont repris le flambeau…

Aujourd’hui, le domaine de Séoule produit de nombreuses ressources: le mère d’Olivier continue à produire du fromage de chèvre, de l’huile d’olive et du pain grâce au blé meunier d’Apt, le père d’Olivier continue à tuer des poules, des moutons, des chèvres et des cochons pour les transformer en brochettes ou en saucisses, Sylvie, l’une des sœurs, entretient un potager et produit du vin biologique, Patrick, l’un des frères, produit des jus de fruits et Ludovic, un autre frère, s’investit dans les éco-constructions.

Olivier enfin est meneur de chevaux. Il propose des promenades touristiques en calèche attelée à la découvert des ocres, des vins du Lubéron mais aussi des plantes sauvages. Il fait aussi de l’élevage, du dressage et travaille la terre avec ses chevaux. Il a beaucoup voyagé à vélo et à cheval. Avec leur association Vents Nomades, Elsa et lui sont partis 3 ans et 3 mois en tandem à travers l’Europe, l’Asie, l’Océanie et l’Amérique… Il cherche aussi un terrain pour s’installer à plusieurs. En attendant, sa maison ne désemplit pas, accueillant les nombreux amis et stagiaires de passage, autours d’un bon repas, d’un bon vin, de projection de vidéos de voyage, de grillades autours du feu (le tout local et biologique bien sûr) mais aussi de quelques travaux agricoles, dressage ou balade à cheval.

Et voici quelques photos (en cliquant sur le lien):

IMG_2646